Apprendre naturellement et librement

Depuis tout temps l'être humain apprend par lui-même alors en quoi l'école est-elle vraiment indispensable ?


« Dans le monde entier, l'école nuit à l'éducation parce qu'on la considère comme seule capable de s'en charger. Et beaucoup en viennent à croire que si de nombreux échecs prouvent que l'éducation demeure être une tâche coûteuse, d'une complexité incompréhensible, que c'est une alchimie mystérieuse, la recherche, pourquoi pas, de la pierre philosophale ».

Ivan Illich dans une société sans école



Si j'avais suivi mon intuition et mes élans d'apprentissage je serais bien plus avancée dans ma vie et dans mon cheminement personnel aujourd'hui. J'aurais acquis beaucoup de savoirs et de compétences et j'aurais probablement un métier lié à ces acquisitions. Depuis toujours, j'ai l'impression que l'on me renvoie sans cesse que lorsque je m'écoute, que j'écoute mon intuition que je suis dans le faux et dans le mauvais. J'ai toujours « sauté d'une branche à l'autre », d'un projet à un autre car une fois que j'avais fait le tour et appris ce dont j'avais besoin, je passais à un autre apprentissage ! En fait, c'est tellement logique et sensé de fonctionner ainsi. Cela n'a aucun sens de devoir se forcer à aller au bout de quelque chose qui ne nous intéresse pas. Cela montre simplement que l'on est servile et qu'au nom d'une cause ou pour quelqu'un d'autre nous sommes capables de réaliser et de faire des choses qui ne nous correspondent pas et même qui nous font parfois du mal.


Et pourtant... L'être humain apprend par lui-même depuis des millénaires. Cette façon d'apprendre naturellement et de se nourrir en fonction de ses besoins n'est pas compatible avec l'école « instrumentalisée ». Cette école n'a pas pour but premier de répondre à nos besoins mais de répondre aux besoins de ceux qui attendent que des individus fassent ce qu'ils attentent d'eux.

Aujourd'hui, je comprends mieux pourquoi. Si on te gave de matière ou d'apprentissage avant que tu ne te sois posés des questions en rapport avec ces apprentissages, c'est prendre le concept à l'envers. Lorsque tu te poses des questions sur un sujet essentiel pour toi et qui va te faire avancer dans ta vie, tu vas faire en sorte de trouver des réponses et tu vas apprendre extrêmement rapidement car sur cet instant T tu en as besoin et tu es motivé.


Être et devenir


J'ai regardé ce magnifique reportage qui traite du « unschooling » c'est-à-dire du fait de ne pas aller à l'école. L'instruction se fait en famille et de façon libre. On y rencontre donc au fil du film des familles dont les enfants ne vont pas à l'école. Ils apprennent « seuls », par eux-mêmes dans l'environnement dans lequel ils vivent. Leurs parents répondent à leurs questions, leur donnent des livres, des outils en fonction de leurs demandes et de leurs centres d'intérêts. Les parents accompagnent les enfants, les enfants les suivent dans leur vie, ils ne leur « imposent » rien en terme d'apprentissage. Le devoir de parent c'est de donner confiance à l'enfant de sorte qu'il puisse apprendre tout ce qu'il désire. En tant que parent qui pratique le unschooling, accompagner ses enfants n'est pas un sacrifice mais un partage de vie. Ils partagent leur vie avec leurs enfants et les enfants s'imprègnent de ce que ce partage de vie leur offre.

Dans le unschooling, le succès n'est plus lié aux diplômes, à l'argent et au fait de l'accumuler mais réside dans le fait de privilégier l'équilibre et le bien-être de la personne.

Le unschooling permet à l'enfant d'être libre et autonome dans ses apprentissages, il apprend par lui-même, de façon naturelle et biologique. Il y a moins d'interventions parasites dans le développement naturel de l'enfant, on le laisse se développer et apprendre à son propre rythme.

Il n'y a aucune notion de réussite ou d'échec dans l'apprentissage autonome, il n'y que des apprentissages, point.

Cette pratique est plus répandue en Angleterre où pour eux, l'instruction et l'éducation relèvent des familles et pour ceux qui ne veulent pas s'occuper de cette tâche, il y a les écoles.

Aujourd'hui, je remarque que quand je laisse ma fille vaquer à ses occupations, elle est libre, calme et sereine. Elle nourrit ses propres intérêts pour apprendre, évoluer, grandir.


Dans le unschooling, on est libre d'être qui on veut, il n'y a pas de comparaison, pas de concours, pas de classements, pas de « meilleurs », pas de « moins bons », pas de « faibles »... Il n'y a que des individus, que des personnes, que des gens qui vivent et apprennent :)


Attention, je ne suis pas en train de dire que les écoles "c'est le mal" et qu'il ne faut plus y mettre ses enfants. Certaines familles aujourd'hui n'ont pas le choix, l'école est la norme dans notre pays, certains enfants sont mieux à l'école que dans leur famille, l'école est salutaire pour bien des enfants. Ce que je soulève ici comme piste de réflexion c'est tout d'abord qu'il est possible de faire autrement (de s'instruire autrement) mais qu'il est aussi indispensable de repenser les écoles, l'enseignement et l'éducation pour nos enfants pour que celles-ci soient dirigées vers les besoins des enfants et non pas sur ce que l'on attend d'eux, au détriment parfois de leur bien-être et de leur santé mentale.


Pour aller plus loin : 


Des lectures :

Ivan Illich : "Une société sans école"

Céline Alvarez:"Les lois naturelles de l'enfant"

Céline Alvarez: "Une année pour tout changer"

André Stern : « Jouer »

Alexander Sutherland Neill : « Libres enfants de Summerhill"


Le film : être et devenir


Exemples de familles pratiquant le "unschooling" aujourd'hui :

Helomaterne (famille française expatriée en Angleterre)

Bambichoses (famille française)

FamilyCoste (Famille franco-belge expatriée au Mexique)

Elodie Crepel (Famille française)


J'espère que cet article vous aura plu :) N'hésitez pas à le partager si c'est le cas, à le commenter, à échanger avec moi.


Prenez soin de vous et de vos enfants :)