Trouver du temps pour soi quand on est maman


Trouver du temps pour soi est primordial et ça l'est encore plus lorsque l'on est maman !

Aujourd'hui j'ai plus que besoin de temps pour moi, du temps pour réfléchir, pour penser, pour me ressourcer. J'ai tellement puisé dans mes réserves depuis l'accouchement de ma fille que je me sens épuisée et presque sans énergie. Après l'accouchement j'ai puisé pour allaiter, j'ai puisé pour m'occuper d'elle, j'ai puisé pour « être une bonne mère » (voir l'article sur le burn out), j'ai puisé pour « faire ce qu'il fallait », j'ai puisé pour tout faire, pour faire trop. Je ne me suis pas écoutée (je n'en étais pas franchement capable non plus) et aujourd'hui je suis en mode « réparation ». J'ai l'impression d'être un pokémon ou un serpent qui change de peau. Et oui, être maman qu'est ce que ça vous change... Vous croyez que s'en est terminé et non, il y a encore une petite couche !

« Tu n'es jamais bien, fais quelque chose », ces mots m'ont blessé mais cela m'a permis de creuser ! Ces mots ont fait échos à toute une série d'événements ou de phases de vie que j'ai traversé et que je traverse. Effectivement, c'est vrai, je suis quelqu'un d'hypersensible, d'empathique, je suis un peu une éponge et du coup quand j'ai accumulé trop d'émotions, ça sort et je pleure. Je ne suis pas forcément triste non, c'est un trop plein qui sort, j'évacue et c'est tout ! Après ça passe et ma vie reprend son rythme sans soucis, il n'y a aucun « problème » en soi. Après, plus je garde ces émotions en moi (qui ne me concernent pas toujours), plus cela me fatigue émotionnellement parlant et comme je tarde à évacuer, du coup... je dors beaucoup. Je suis un peu (j'étais...bah oui, je suis maman maintenant) la reine des siestes et aujourd'hui je comprends mieux pourquoi, ma fatigue est d'origine émotionnelle. Je capte tellement les émotions autour de moi, je suis tellement sensible à l'environnement qui m'entoure que je suis un immense bob l'éponge. A capter toutes ces émotions en permanence, à avoir « trop » d'empathie, ça finit vraiment par me fatiguer.

Avant d'être maman, c'était « facile », je pleurais un bon coup dans mon coin pour évacuer le trop plein, j'avais des moments à moi au calme pour récupérer, pour me ressourcer et c'était « ni vu ni connu ». Ensuite ma fille est arrivée et notre mode de vie familial un peu « cocon » s'est établit et là... PAF, impossible de craquer, de me ressourcer, de dormir, seule dans mon coin, impossible de se « replier »au moment où on en a le plus besoin (bah oui ce n'est jamais le moment, comme par hasard bébé vous réclame!). Je ne pouvais pas appliquer la technique que j'appliquais auparavant quand j'étais seule ou juste en couple mais je ne savais pas quoi faire d'autre, j'avais le nez dans le guidon comme on dit.

Heureusement, mon corps lui aussi m'a interpellé et m'a fait comprendre qu'il fallait que j'investigue et j'ai eu le déclic. J'essaie maintenant de me refaire une santé « émotionnelle » mais aussi physique parce que l'esprit et le corps sont étroitement liés. Mes maux de dos persistent ainsi que certains problèmes digestifs. J'espère ne rien avoir contracté de grave en me mettant autant de côté, en malmenant mon corps à cause de ce mode de fonctionnement « par défaut ». Quand j'y réfléchis, je me rends compte que cette empathie développée, cette façon d'être en exprimant peu ses émotions au moment où il le faudrait tout en captant beaucoup trop celles des autres, la manière dont je gère celles-ci, cela m'a causé beaucoup de soucis dans certains pans de ma vie. Je crois qu'en changeant cela, je vais changer le cours de ma vie et pouvoir enfin profiter pleinement de celle-ci et de qui je suis.

Aujourd'hui, je suis toujours fatiguée, il y a des jours plus difficiles que d'autres avec bébé, c'est normal... Quel parent n'est pas fatigué à un moment ou à un autre ? J'ai commencé le yoga et j'ai repris les séances d'auto-hypnose et de méditation, je les pratique à la maison même si ma fille et mon mari sont là et cela me fait un bien considérable. Je ne pourrais même pas expliquer à quel point cela me fait du bien. Ce sentiment de plénitude qui m'habite dans ces moments... Cela me recharge en énergie !

C'est fou, j'ai appris l'auto-hypnose pour accoucher, j'ai appris le lâcher-prise pendant ma grossesse, pour l'accouchement et dès que ma fille est sortie de mon ventre on dirait que j'ai tout laissé au placard alors que j'en aurai eu tellement besoin dans les mois qui ont suivi. J'étais complètement bouleversée par cette maternité et les émotions qui allaient avec que je n'ai pas pensé une seule seconde à l'auto-hypnose, à la méditation, au yoga, je ne me suis pas arrêtée, je ne me suis pas posée, je me suis laissée porter par ce qui se passait, en me mettant de côté. D'ailleurs, cela m'aura valu de graves complications avec l'allaitement (mais j'en parlerais lors d'un article spécialement dédié).

Méditation, yoga, auto-hypnose, je ne ferais que ça toute la journée en ce moment, c'est pour dire ! Il y a des années, je n'aurais jamais imaginé réussir à pratiquer la méditation ou le yoga, cela me semblait impensable. Il fallait que je sois prête, que je sois prête pour l'introspection que ces deux disciplines demandent, prête à aller voir en moi et à m'écouter, à écouter mes émotions et encore plus mon corps. J'apprends à vivre dans l'instant présent avec les émotions qui l'accompagnent. J'ai trouvé ma clé !

Et vous, comment trouvez-vous du temps pour vous ? Quels moments vous accordez-vous et que faites-vous pendant ce temps-là ? Qu'est-ce qui vous permet de décompresser ?

° Pensez à vous et soyez heureux °

~

>> Prof de yoga en ligne sur Julie Akasha

>> Méditation guidée "lacher prise" que je fais chaque soir avant de m'endormir

>> Un livre à lire : Miracle Morning

~

>> Illustration de Lise Desportes ou Lili aime le nougat >> Le blog : Liliaimelenougat.fr >> Sa boutique en ligne