Interview d'Alicia [1]


Alicia (prénom d'emprunt)

Liégeoise de 35 ans

1 enfant âgé de 11 mois

Quelques mots sur ton quotidien avec ton enfant ?

Intense, vivant, énergisant, fatigant (physiquement), connexion au moment présent et à mon bébé.

As-tu toujours su que tu deviendrais maman ?

Oui au fond de moi car c'était dans l'ordre des choses mais je n'avais pas d'envie particulièrement insistante. A l'âge de 30 ans, l'envie s'est doucement précisée avec notamment une « pulsion » qui m'animait lorsque je voyais des petits bouts, j'avais envie de leur faire des bisous et de les manger !

Quelle image avais-tu de la maternité avant d'être maman ?

Une image assez floue et plutôt négative. Je voyais ça comme un renoncement de soi car il y avait beaucoup de remarques et de réflexions plutôt négatives autour de moi, surtout sur les moments difficiles de la parentalité, c'est ce qui venait dans un premier temps dans les discours ou les "conseils". Avec le recul, ces propos ne sont pas faux, plutôt exagérés, du moins dans la temporalité…Quand on me parlait du fait d'être parent, c'était souvent "c'est comme ça, genre dors car après tu dormiras plus". Cela me semblait tellement abstrait, tant que tu n'es pas « dedans », c'est difficile de se représenter réellement ce que c'est d'être maman. Effectivement on dort beaucoup moins mais c'est variable, selon les périodes. Instinctivement j'ai envie de dire aussi aujourd'hui certaines phrases à d'autres futures mamans mais je me retiens car ces phrases sont dites de manières trop tranchées et les réflexions sont souvent très négatives, du moins moi cela ne m'a pas aidé à envisager mon rôle de maman. Dans ces discours il y a un côté plaintif, une frustration souvent qui ressort, même si dans un second temps, les plaisirs de la vie de parent s'expriment.

Et aujourd'hui, c'est quoi la maternité pour toi ?

Être maman cela te transforme en une personne meilleure ! C'est une évidence maintenant pour moi que de se remettre en question et d'aller à l'essentiel. J'essaie de tendre vers une version de moi-même qui me convienne. J'ai envie d'être un modèle pour mon enfant en rapport avec mes valeurs et les valeurs que je souhaite lui transmettre; ce qui demande de les identifier, savoir ce que l'on veut!

Aussi et surtout, la temporalité n'est plus du tout la même quand tu es maman ! Et c'est également énormément d'amour et de partages..au niveau familial, du couple, au niveau social aussi, même si cela s'accompagne inévitablement de tensions et réajustements.

Quelles difficultés as-tu rencontré ou rencontres-tu toujours actuellement auxquelles tu n'étais pas préparée ?

La gestion du temps justement et la fatigue physique. Une espèce aussi de sens du mérite ou quelque chose du genre. Pour avoir un moment à soi, pour avoir un break, partir en vacances, etc. c'est beaucoup d'organisation avant et après…Parfois c'est un peu décourageant.

Qu'as-tu mis en place pour faire face à cette nouvelle gestion du temps ?

La prise de recul, la remise en question et l'adaptation du quotidien au fil des jours. Mon bébé m'a poussé à m'interroger et à remettre en question certains mécanismes bien ancrés. Par exemple, « Finis ce que tu as commencé » c'est un héritage de mon papa. Les dossiers « ouverts », les tâches « en cours » c'était compliqué à gérer pour moi au début. J'aimais pouvoir clôturer une tâche directement ou presque, avant de passer à une autre. Avec un bébé, il y a beaucoup de choses en cours, que ce soit au niveau logistique et domestique, professionnel…il faut adapter les tâches à réaliser en fonction du temps disponible et au début il y a peu de temps disponible mais il y en a ! Le tout est de fixer ses priorités. On peut toujours faire tout ce que l'on souhaite en étant parent mais avec un échéancier plus long. La plus petite minute est rentabilisée et c'est du temps de qualité. Aujourd'hui, les tâches sont planifiées sur 15 jours c'est-à-dire qu'au bout de 15 jours en principe la tâche sera clôturée, au niveau domestique du moins. Concernant les temps libres, il sont plutôt pensés en terme mensuel, sauf pour le sport, qui est une priorité pour mon compagnon et moi-même et nous voulons libérer du temps chaque semaine pour en faire. Apprendre à être pleinement dans l'instant présent permet également de mieux profiter de certains moments plus rares et planifiés. Par exemple une sortie entre ami, un moment shopping. « Si j'ai du temps aujourd'hui, pour moi, j'en profite pleinement ». J'arrive aussi à mettre des objectifs plus réalistes. J'ai dû adapter mon temps disponible et apprendre à être fière de ce qui avait déjà été accompli plutôt que de viser ce qu'il restait encore à faire.

Grâce à la confiance que j'ai en mon enfant et à celle qu'il me renvoie, cela me permet de prendre du plaisir dans l'expérience d'être parent et c'est gratifiant…cela permet de mieux gérer les frustrations et stress du quotidien; ce bénéfice là dépasse les difficultés passagères.

Qu'est ce qui est le plus difficile à gérer au quotidien dans ton rôle de maman ?

La culpabilité du point de vue sociétal. J'étais persuadée d'être une femme indépendante qui allait le rester en étant maman et que je n'allais pas culpabiliser mais finalement je suis plus fusionnelle avec mon bébé que ce que je ne l'avais imaginé ! Je culpabilise de laisser mon enfant pour avoir des moments pour moi et je pense que c'est entretenu en partie par une image sociétale du rôle de maman, même s'il tend à changer, cela prend du temps. Il y a aussi, en lien, l'influence familiale et l'éducation que nous avons reçue…Finalement, l'un dans l'autre, « le pire juge c'est nous-même ».

A titre plus anecdotique, ce qui est difficile aussi c'est de ne plus pouvoir traîner au lit le matin et de pouvoir faire la grasse matinée le week-end, ce qui conditionne un peu les éventuelles sorties, qui se font plus rares ! En même temps, pouvoir être en forme et profiter de moments en famille, c'est tellement agréable, que cela vaut bien de faire l'impasse sur d'autres aspects de la vie!

Est-ce que tu changerais quelque chose dans ta vie de maman ?

Non mais plutôt des petits aspects au quotidien, en lien avec le fait de prendre aussi du temps pour soi, en y incluant mon fils ou la vie de famille…Il grandit et donc maintenant on peut l'intégrer dans notre vie, plutôt que nous nous adapter uniquement à la sienne. On a fait une sortie au musée avec lui ce week-end…Ce n'est évidemment pas la même chose que le faire en amoureux, mais ce sont des activités que l'on peut partager ensemble et qui font aussi du bien en tant qu'adulte! C'est aussi un réajustement permanent que de vivre en essayant de respecter le rythme de développement de son enfant et ses besoins ainsi les miens, ceux du couple, etc. …C'est passionnant et très stimulant au final, même si au quotidien, cela peut être parfois s'accompagner de frustrations.

Veux-tu d'autres enfants ?

Je ne sais pas du tout car j'ai 35 ans et mon compagnon 43 ans ; la question de l'âge se pose, tout comme la vie que l'on souhaite avoir. Je ne voudrais pas que la différence d'âge entre nos enfants et nous soit un frein au quotidien dans la relation avec eux, que je souhaite de qualité. Mon couple est aussi très important pour moi et je souhaite le préserver. Notre fils a 11 mois et nous sommes aussi un peu trop immergé dans ce nouveau statut de parent que pour se demander ce que nous souhaitons à terme comme famille et c'est très bien comme ça…J'ai envie de prendre le temps.

Une phrase ou une citation qui te parle depuis que tu es maman ?

« L'enfer c'est les autres ». J-P Sartre, mais aussi soi-même :)

~

>> Illustration de Lise Desportes ou Lili aime le nougat >> Le blog : Liliaimelenougat.fr >> Sa boutique en ligne

>> Si toi aussi tu es maman et que tu souhaites t'exprimer et partager avec nous cette expérience, cette rubrique est pour toi ! N'hésite pas à prendre contact avec moi <<


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre site
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
912d358c512a95dd1e069750b8ea16c0.png

 Slow Green Mama 2021