Pourquoi les mères d'aujourd'hui font-elles des burn out ?


On entend de plus en plus parler de "burn out" surtout par rapport au monde du travail, au monde "professionnel". Mais qu'en est-il des femmes au foyer et pire encore, de celles qui travaillent et qui redeviennent femmes au foyer, le soir, la nuit, tôt le matin en plus de leur "vrai" travail ? Comment peut-on faire tout ça tous les jours, sans repos quasiment et sur le long terme ? Comment être investit à fond dans sa vie de famille, dans l'éducation de ses enfants, comment offrir à sa famille une alimentation saine, bio, locale et cuisinée à tous les repas ? Comment prendre du temps pour vivre ? Quand prendre du temps pour soi ? Comment concilier tout cela avec un "vrai" travail ? La société ne se rend-t-elle pas compte qu'elle nous pousse à bout par ce rythme de vie effréné qu'elle nous impose quotidiennement ?

Être mère ce n'est même pas un travail à temps plein c'est un double-temps-plein et vous êtes en plus de ça de garde 24h/24. Comment est-il possible d'ajouter à cela un autre travail à temps plein ? C'est pour devenir fou... C'est pour être constamment fatigué, c'est pour se rendre malade. Et moi, personnellement, je ne veux pas de ce mode de vie. Je veux prendre le temps de vivre, de profiter chaque jour, de ne pas être stressée par des horaires, par des longs trajets, je ne veux pas croiser des visages stressés, fatigués et malades au quotidien. Je veux pouvoir m'occuper de moi, de ma fille et de mon mari, de notre bien-être et de notre santé. Et ça, c'est une priorité non négociable ! Mais pour en arriver là... Il faut batailler dur intérieurement car lorsque l'on devient maman au delà du fait que notre quotidien, notre psychisme, notre couple sont complètement bouleversés il faut devenir maman, apprendre à devenir maman, remettre en question ses valeurs, ses choix, l'éducation que l'on a reçue, qu'est-ce que l'on garde ? Qu'est-ce que l'on jette ? Pourquoi ? Nous avons aussi un idéal de mère inconscient (nous en avons toutes un) et cet idéal peut devenir notre pire ennemi... Tout d'abord parce que la mère parfaite, idéale n'existe pas et puis parce que peut-être cet image de la maman parfaite ne nous correspond tout simplement pas. Dans mon cas, je voulais allaiter mon enfant, je voulais lui mettre des couches lavables, je voulais être pimpante après l'accouchement, je voulais que ma maison soit belle et rangée quand les gens viendraient nous voir, je voulais cuisiner tous les repas de ma fille (TOUS!) et je ne voulais surtout pas me plaindre (bah non, être maman c'est magique, c'est magnifique, que du bonheur alors on a surtout pas le droit de se plaindre). Il faut dire qu'autour de moi, dans les femmes et les mamans qui m'entourent, aucune ne se plaint jamais ! Pour toutes ces femmes, tout à l'air de "couler" de source, tout à l'air de rouler comme sur des roulettes et surtout ça à l'air naturel pour elles de sacrifier autant de leur vie et de leur personne pour leur famille. Pour ma part, je suis devenue maman, cuisinière, femme de ménage, employée de lavoir, livreuse de course, employée à mi-temps, psychologue, assistante sociale, masseuse parfois, je suis devenue sportive aussi (bah oui, il faut bien retrouver un corps de sirène, la société le veut), je suis devenue maître professionnel dans l'art du rangement, porteuse certifiée de bébé (avec matériel adéquat et maux de dos), J'ai dû mettre de côté tout ce que j'étais avant ou tout ce que j'étais en train de devenir pour FAIRE, faire tout ça. Alors oui, forcément, j'étais crevée, fatiguée, exténuée parfois (et je le suis encore). Il faut dire aussi que ma fille ne va pas en crèche, on la garde avec nous 24h/24 depuis qu'elle est née (sauf quelques jours de répit par-ci par-là vraiment très rares). Alors, tous ces actes du quotidien m'ont bouffé pendant des mois, à répéter tous les jours la même chose, les mêmes actes parce que de toute façon on a pas le choix. Ne pas avoir de congés, de vacances, de répit... C'est très stressant. C'est stressant aussi de s'oublier, de ne pas avoir de temps pour soi ou très peu. Stressant de devoir penser à tout, de se demander si ce que l'on fait est bien pour son enfant, s'auto-critiquer, se demander comment faire, d'anticiper les étapes suivantes du développement de son enfant pour être "prêt", stressant de faire bonne figure, de montrer qu'on est "heureuse" même si on a qu'une envie c'est de pleurer d'épuisement... Heureusement pour moi, j'ai pu très tôt avoir un regard sur cette fatigue et essayer tant bien que mal d'adapter ma vie au quotidien comme je le pouvais. Je ne suis pas tombée dans le burn-out maternel mais je l'ai frôlé de près. J'ai eu la chance d'avoir un mari très présent (même s'il n'a pas toujours compris ma fatigue "longue durée" et ça c'était parfois difficile pour moi) mais j'ai tenu bon. J'ai décomposé cet idéal de mère, j'ai cherché autour de moi des témoignages de mamans, de VRAIS témoignages pas des publicités de mère parfaite. J'ai décidé de m'écouter aussi avant toute chose, de revenir à moi, à l'essentiel finalement. Qui suis-je ? Qu'est ce que je souhaite pour mon enfant ? Quel est le plus important à mes yeux ? J'en suis venue à la conclusion que le plus important était de passer du temps avec elle mais réellement avec elle. Du temps à parler, à expliquer, à câliner, du temps à jouer, à lui apprendre la vie, à l'inspirer, la faire sourire, du temps pour la nourrir (correctement), du temps pour la soigner (bain, massage...), du temps pour l'aider à grandir, à devenir une personne autonome qui pense par elle-même et qui n'a pas peur de faire des choix et de les assumer. Du temps pour lui apprendre la bienveillance, le respect des autres et de la nature. Une fois que l'on définit ce que l'on souhaite ou ne souhaite pas, la vie évolue, le quotidien aussi et tout se met en place naturellement... S'écouter et écouter l'autre (même si bébé ne parle pas encore), voilà là clé pour s'en sortir. Décomposer cette mère idéale, se foutre du regard des autres et oser parler. Oser dire ce qui ne va pas, oser se plaindre !

Les mères d'aujourd'hui font des burn-out car la société attend de ces mères qu'elles incarnent un idéal parfait. Un idéal qui évidemment ne se plaint pas, gère tout au quotidien sans rechigner. Les mamans doivent travailler, s'occuper d'un ménage et s'occuper des enfants. Personnellement, je ne vois pas comment tout cela peut-être compatible (en tous les cas avec des enfants en bas âges). Les mères actuelles subissent trop de pression. Les mamans n'ont aucune reconnaissance pour leur travail, elles ne perçoivent aucune rémunération et aux yeux de la société actuelle, seul le vrai travail, le CDI et le salaire "vaut" quelque chose. Heureusement, les consciences s'agitent, les gens s'expriment, parlent, la génération Y agit et les choses bougent petit à petit... !

Alors oui, c'est normal d'être fatigué lorsque l'on est parent, oui tu as le droit de le dire, oui tu as le droit d'avoir envie de "congés" même si tu travailles à la maison et que tu t'occupes "seulement" de tes enfants. La fatigue est propre à chacun et nous devons la respecter, respecter notre corps et les signaux qu'il nous envoie. Sachez aussi qu'un parent qui ne prend pas de temps pour lui ou très peu sera plus difficilement apte à s'occuper des autres correctement. Le bien-être passe avant tout par nous-même... Si nous sommes en forme nous pouvons mieux nous occuper de nos petits bouts. A chacun d'adapter sa vie en fonction des contraintes de celle-ci et de ses impératifs. Tout est possible, on peut toujours faire mieux et faire évoluer son quotidien. Bien-sûr, il n'y a pas de recette miracle, écoutez-vous, posez-vous des questions, faites ce qui vous semble le mieux pour vous et votre famille !

A LIRE : La fatigue émotionnelle et physique des mères

A REGARDER : "Mille et une vies" l'émission de Frédéric Lopez sur le burn-out maternel. https://www.youtube.com/watch?v=kEugbHZuNts

ECHANGER : le Babibar à Liège, un endroit de rencontre, d'échanges, une espèce de cafétériat pour parents décomplexés et leurs bébés/enfants. Ils organisent également toute sorte d'activités. Plus d'informations sur leur site web.

UN BLOG : épuisement maternel

DES PISTES POUR S'ORGANISER : le blog de maman zen et organisée ou encore le blog du dimanche