LE BLOG

Mis à jour : 6 févr. 2020




Croire que le matériel peut nous rendre heureux est une belle illusion surtout en produisant et en consommant de la manière dont nous le faisons en Belgique. On trouve beaucoup de moments de bonheur dans l'introspection, l'écoute de soi, la méditation, le sport, la lecture, le dessin, l'écriture ou dans d'autres activités « gratuites » qui nourrissent l'esprit.

Être dépendant d'un système qui t'oblige à perdre de ton temps, de ta santé et de ton énergie pour exiger de toi une certaine rentabilité - qui la plupart du temps ne te concerne même pas -, je trouve cela complètement absurde. Aller travailler 38h/semaine pour gagner un salaire qui ne te permette pas de vivre décemment, de te nourrir correctement sans avoir un minimum de loisirs ou de temps pour toi, ta famille, quel intérêt ? Sommes-nous en vie pour ça ? C'est ça notre but ? Notre finalité ? Viser la pension (si on est toujours en "état" pour en profiter) ? Il est possible de vivre différemment, avec moins sans pour autant voir sa qualité de vie diminuée, je le vis au quotidien !

Voici donc mes astuces pour moins dépenser au quotidien :

1) Payer les charges de son logement à plusieurs

Si vous êtes locataires, essayez de trouver un appartement ayant un bon rapport qualité/prix et pourquoi pas louer un « tout compris » où les charges en énergie sont incluses. Nous louons un appartement avec toutes les charges comprises et franchement, si nous devions les payer « à part », on ne s'en sortirait pas avec si peu ! La propriétaire paie pour les 4 appartements en une seule fois et je suis certaine que cette action permet à chacun de payer moins que si nous devions payer indépendamment ces charges.

Cela peut également s'appliquer pour la connexion internet, à partager entre voisins, pourquoi pas ?!

2) Ne pas avoir de voiture, privilégier les transports « lents » : la marche, le vélo, le bateau

Ne pas avoir de voiture, c'est une sacrée bouffée d'oxygène dans le budget. C'est de l'ordre de quoi, entre 400€ et 700€ par mois - tout compris - ? Avec ce budget, on peut en faire des choses...

La marche c'est gratuit, ça fait du bien à l'esprit et au corps ! Le vélo, c'est pareil sauf qu'on se déplace plus vite !

A Liège, la navette fluviale c'est tout récent et ce n'est pas toute l'année qu'elle fonctionne mais quand c'est le cas, je la préfère vraiment au bus. Le bateau c'est calme, reposant et c'est plus classe et surtout moins cher que le bus ! 2€ l'aller ou 3€ l'aller-retour pour aller dans le centre-ville, c'est top.

3) Moins manger et manger local & de saison

Aujourd'hui nous mangeons par envie, par ennui, par stress... Nous ne mangeons plus uniquement pour nous nourrir et nourrir - correctement – notre corps. C'est là qu'une longue introspection a commencé il y a quelques années déjà... Sur comment manger, comment se nourrir, comment ne pas se rendre malade ? Et donc de fil en aiguille nous mangeons moins. Nous essayons donc de privilégier les aliments sains et nutritifs comme les oléagineux, les dattes, les fruits secs, les légumineuses, les céréales complètes...

Manger local et de saison - vous le sentiez venir celui-là - on ne parle plus que de ça et c'est bien normal. Pour les fruits et les légumes nous essayons de privilégier le local et de saison. Pour le moment nous commandons nos paniers sur Efarmz, il y a un coût pour la préparation/livraison mais bon, nous sommes sans voiture et franchement cela nous convient très bien. Il faut bien faire des compromis. Les paniers sont livrés à vélo ou en voiture dans des boîtes en carton que la firme réutilise par la suite. Les légumes et les fruits sont super frais, délicieux, se gardent une bonne semaine... Le + ce sont les paniers « smoothie » et « soupe » avec leurs recettes respectives, y'a plus qu'à !

4) Ne plus acheter de produits ménagers

Les produits ménagers lambda ne sont que produits chimiques, ils polluent nos intérieurs, ce sont bien souvent des bidons en plastique, cela crée des déchets, c'est dangereux si on a des enfants en bas âge, ça coûte très cher bref la liste des aspects négatifs est longue et je n'ai aucun point positif à donner à ce sujet ! Les produits ménagers c'est mauvais pour la santé et pour la planète point c'est tout. Et puis, avoir un produit pour les vitres, un autre pour la cuisine, un autre pour la taque vitrocéramique, un pour la douche, un pour les toilettes, un pour dépoussiérer les meubles etc. Cela ne sert à rien ! Oui, alors c'est bien beau tout ça mais il faut bien nettoyer quand même. Oui, effectivement, il y a un minimum de nettoyage à faire dans son petit cocon. Alors, tenez-vous bien il vous faudra 2 voire 3 « produits » : du vinaigre d'alcool blanc, du bicarbonate de soude et du citron ! Tadaaam ! Avec ça vous nettoyez absolument TOUT votre intérieur. Ça ne coûte quasiment rien et c'est magique. On peut même pousser plus loin et créer sa propre mixture pour la machine à laver et le lave-vaisselle... Si vous voulez ajouter une senteur, vous pouvez utiliser des huiles essentielles de votre choix (à manipuler avec précaution tout de même, renseignez-vous).

5) Ne pas avoir d'abonnement à la télédistribution

Un abonnement à la télé, cela coûte quand même une histoire de 25/30€ par mois alors personnellement pour y voir de la bouse en conserve, je préfère m'acheter un panier de légume avec ces 30€ ! Voilà, je crois qu'il n'y a rien d'autre à ajouter. Rien de tel que d'avoir une bonne connexion internet et de pouvoir regarder ce qu'il nous plaît quand nous le voulons. Il y a aussi Netflix qui permet d'avoir accès à un choix de séries, de films, de documentaires pour la modique somme de 8€ par mois... Et sinon, de temps en temps, il y a les Grignoux où aller voir un bon film à l'affiche pour un prix très raisonnable - surtout si on y va en journée -.

6) Acheter et vendre d'occasion

On privilégie vraiment les achats d'occasion dès que l'on a besoin de quelque chose. Je passe ma vie sur 2ememain.be ! Cela fait 2 bonnes années que j'achète pas mal via ce site et j'ai toujours été super satisfaite de mes achats. Pour la plupart des achats je fais un échange en « mains propres », cela permet de voir le produit avant d'acheter, de rencontrer la personne qui l'a détenu et de voir s'il y a un bon feeling et si le produit est propre et convenable. Ce que l'on fait souvent c'est qu'on vend un objet et avec l'argent récupéré on achète d'occasion un autre objet dont nous avons besoin.

Déjà achetés sur 2ememain : un relax pour bébé, un lit, des vêtements, des sacs, des foulards, des pinces à cheveux, un tire-lait, une écharpe de portage, des consoles de jeux, une lampe de sel, des livres... Bref on y trouve de tout et même des objets à donner !

7) Utiliser un moyen de contraception gratuit ou peu onéreux

Et non tu n'es pas obligée, toi, gente féminine, d'utiliser la pilule contraceptive. En plus d'être dégueulasse pour le corps voire même dangereuse, elle coûte cher. Il y a des méthodes plus naturelles et moins onéreuses comme : la méthode des températures, le coït interrompu, le stérilet au cuivre... Ce dernier coûte +/- 35€ à l'achat + une consultation chez le gynécologue et te voilà tranquille pour 5 ans. Tu peux aussi utiliser des préservatifs. En Belgique il faut savoir que les plannings familiaux en distribuent gratuitement ! Et oui.

Je sais qu'il existe également d'autres méthodes de contraception longue durée comme l'implant ou le stérilet hormonal (et certainement encore d'autres) mais je suis carrément "anti" contraceptif chimique donc je ne les ajouterais pas à cette liste.

A chacun et chacune de choisir le moyen qui lui correspond le mieux sachant que, mis à part l'abstinence, il n'y a aucun moyen de contraception qui protège à 100%.

La suite... Bientôt !


Mis à jour : 1 juin 2020


Pourquoi j'ai décidé de vous parler de ce choix, simplement parce qu'il a été un choix très important dans ma vie, l'un des plus importants, parce que je pense que le partage de cette expérience peut-être intéressant pour d'autres femmes ou même pour des futurs papas. Pour donner des envies, des informations, montrer que parfois quand on remet les choses en question c'est pour du meilleur et que cela apporte du positif dans la vie !

Accoucher à la maison c'est une idée qui était présente dès que j'ai appris que j'étais enceinte. Au départ, j'ai gardé cette idée dans un coin de ma tête car l'accouchement à domicile est un acte plutôt rare en Belgique. Je ne connais aucune femme qui a accouché à la maison, je ne connais pas de sage-femme à ce moment-là qui le pratique et dans ma famille le médecin est un peu LA personne de référence qui a réponse à tout, a toujours raison et à qui on doit dire "amen" sans jamais rien demander. Et l'hôpital est l'endroit le plus sûr du monde. Ajouté à cela les commentaires des proches qui te prennent pour une demi-folle d'avoir ne serait-ce que l'idée... Qui te font peur toutes les 2 minutes en insinuant qu'on va tous mourir... Vous voyez le dessin !

La première chose à faire : se poser des questions

Depuis toujours je suis attirée par la nature, depuis toujours je tends vers la simplicité, depuis toujours je remets un peu tout en question, depuis toujours je ne me sens pas à ma place, depuis toujours je me demande pourquoi tout le monde fait comme tout le monde, pourquoi tout le monde fait tout le temps la même chose ? Pourquoi l'être humain ne remet-il pas plus en questions ses actes du quotidien ? Dans cette continuité, l'accouchement naturel, physiologique me semblait plus qu'évident.

Mes recherches ont commencé par le commencement : qu'est-ce que l'accouchement, à quoi ressemble un accouchement, comment est-ce que cela se déroule, est-ce que ça fait vraiment mal, pourquoi est-ce que ça fait mal, est-ce possible de ne pas avoir mal etc.

J'ai dans un premier temps regardé des dizaines de vidéos et lu des dizaines de récits, de témoignages d'accouchement. J'ai aussi bien regardé des vidéos d'accouchement à la maison, qu'à l'hôpital, qu'en maison de naissance, que dans l'eau ou encore dans la nature.

Par la suite, la question du lieu de l'accouchement est arrivée et je me suis demandé : pourquoi accoucher à l'hôpital ? Depuis quand les femmes accouchent-elles à l'hôpital ? Le visionnage de cette vidéo de "Nota bene" qui retrace l'histoire de l'accouchement à travers l'histoire a été aussi enrichissante dans mon cheminement. Une chose était sûre, je voulais un accouchement physiologique, naturel, sans produits chimiques et sans péridurale.

La gestion de la douleur

Visiblement la douleur était très redoutée par les femmes et semblait être au centre de cette expérience qu'est l'accouchement. J'ai donc dirigé mes recherches vers la gestion de celle-ci. Comment allai-je apprivoiser la douleur, moi qui voulais accoucher naturellement sans péridurale ? J'ai découvert entre autre l'auto-hypnose et l'hypno-naissance et j'ai senti que c'était ça qu'il me fallait pour accoucher sans péridurale ! J'ai eu la chance qu'un centre d'éducation prénatale existe près de chez moi et forme à l'auto-hypnose. J'y ai rencontré une femme exceptionnelle, d'une grande gentillesse et très disponible. Avec elle, j'en ai appris plus sur moi-même, sur la physiologie de l'accouchement, sur les inconvénients et les effets secondaires de la péridurale, sur les conséquences des actes pratiqués en milieu hospitalier comme lorsque l'on incise le périnée, nous avons réalisé des séances d'hypnose, elle m'a donné des outils et appris l'auto-hypnose. 7 séances de préparation à l'accouchement ont été réalisées avec Dominique.

Je voulais donc un accouchement physiologique, naturel, sans produits chimiques et sans péridurale, j'allais gérer ma douleur par l'auto-hypnose mais... je voulais quelqu'un pour m'accompagner dans ma démarche. Accoucher à l'hôpital sans péridurale ça me paraissait compliqué à mettre en place d'après les informations que j'avais.

Une sage-femme pour m'accompagner à l'hôpital

Je souhaitais être accompagnée d'une sage-femme pour m'aider et me soutenir dans ma démarche d'accoucher naturellement. J'avais besoin d'une personne de référence, une amie, quelqu'un qui me connaisse un peu en dehors du cadre hospitalier, qui avait un peu suivi ma grossesse. Chance une nouvelle fois, un réseau de sage-femmes existe dans la région liégeoise et elles accompagnent les mamans en milieu hospitalier, sur demande - elles pratiquent également des accouchements à domicile -. J'ai décidé de contacter Caroline Bertrand pour la rencontrer et lui expliquer mes envies. Lors du premier rendez-vous, elle nous a expliqué, à mon mari et à moi, comment se déroulait un accompagnement à l'hôpital. Quels sont les protocoles mis en place, ce qu'on allait me faire, ce qu'on allait faire à mon bébé, la pression que j'allais certainement ressentir pour que l'on me fasse la "fameuse" péridurale. Elle nous a également expliqué que si je ne voulais pas que l'on fasse certains actes on allait devoir batailler un peu avec le personnel médical du jour J. Caroline pouvait juste accompagner et me soutenir mais en aucun cas pratiquer des actes médicaux là-bas. Elle nous a conseillé de remettre un plan de naissance à l'équipe avec nos souhaits inscrits dedans... Bref, cela semblait vraiment compliqué et on ne savait pas du tout à quoi s'attendre ce jour-là. Moi tout ce que je voulais c'était un accouchement naturel, au calme. Ce jour-là, nous pouvions très bien tomber sur une équipe "cool" et compréhensive qui respecte nos envies et notre démarche ou devoir s'expliquer, argumenter et probablement se sentir jugé. Entre nous, je n'avais vraiment pas envie de tout ça le jour de mon accouchement... Nous étions déjà bien refroidis.

Participation à une journée pour une naissance respectée

Après ce rendez-vous avec Caroline, j'ai participé peu de temps après à une journée d'informations et d'échange autour de la naissance respectée où j'ai eu l'occasion de participer à 2 ateliers, l'un sur les compétences du nouveau-né et l'autre qui consistait à visionner un film "L'arbre et le nid" suivi d'un débat questions/réponses avec plusieurs sage-femmes. Lors de cette journée j'ai eu l'occasion de croiser Caroline justement, ma sage-femme, avec qui j'ai échangé quelques mots sur l'accouchement naturel à domicile. Le film que je venais de regarder m'avait vraiment donné envie. Cette journée était élaborée par le comité "Co-naissances Liège" qui a pour but de diffuser des informations sur d'autres manières d'accoucher, plus respectueuses et plus naturelles aussi.

​​

"Selon les lois de la physiologie, toutes les fonctions naturelles et normales du corps sont accomplies sans péril et sans peine. Donner naissance est une fonction naturelle et normale pour les femmes et les bébés en santé. Ainsi, on peut donc affirmer que les femmes en santé qui portent des bébé en santé peuvent donner naissance sans danger et sans douleur."Dr Jon Dye, Easier Childbirth, 1891, Buffalo, New York

Le choix d'accoucher à la maison

Quelques jours plus tard, j'avais rendez-vous à la maternité pour commencer à faire mon dossier, voir un peu à quoi ressemblait cette maternité. J'ai été très mal reçue, j'y suis allée pour rien, en bus, car j'étais en avance d'une semaine par rapport à leur calendrier pour la constitution du dossier et on m'a expliqué que c'était une usine à naissances : 3000 par an. On est sorti de là avec mon mari, on s'est regardé et en même temps on s'est dit : "Tu accouches à la maison ?" "C'est bon, j'accouche à la maison".

Lors du deuxième rendez-vous avec Caroline nous lui avons fait part de notre choix, elle s'en doutait ! Après m'avoir croisé à la journée pour une naissance respectée, elle a senti que j'avais basculé ! Elle avait même pris avec elle son dossier "accouchement à domicile".

Et voilà la décision était prise, claire, nette et précise. Je crois que ça devait être à plus ou moins 6 mois de grossesse. Cette décision a été pour moi la plus importante de ma vie jusqu'à présent. Enfin j'ai fait un choix important, mon choix, qui n'était guidé par personne d'autre, que personne ne m'avait dicté, qui m'engageait moi, mon corps et mon bébé (et un peu beaucoup mon mari aussi!).

Je suis allée au bout de ce magnifique projet humain et j'ai offert à ma fille une naissance douce, chaleureuse et à la maison, dans notre salon, sous le sapin. J'ai pu donner naissance comme je le voulais et cela me rend fière. Aux yeux de la société cela ne représente rien mais pour moi cela représente tout !

Comme vous venez le lire, ce choix ne s'est pas imposé du jour au lendemain mais s'est dessiné progressivement au fil des semaines et a évolué avec l'appui de mes recherches et grâce aux rencontres que j'ai pu faire. N'ayant pas de maman auprès de moi avec qui partager cette grossesse à l'époque et étant donc peu entourée par la gente féminine, j'ai cherché ailleurs ce soutien que j'ai obtenu afin d'aller jusqu'au bout de cette envie profonde de respecter mon corps, ma fille et d'avoir un accouchement physiologique.

Comme quoi, tout est possible quand on le veut !

Par ailleurs, mon mari et moi avions décidés de ne pas parler de ce choix à notre famille, seuls quelques proches étaient au courant. Cela faisait des mois que je me renseignais sur la question, j'estimais avoir les informations nécessaires à ma prise de décision et je ne voulais pas argumenter sans cesse, me justifier et que l'on essaie de me faire peur en permanence avec les "risques" qu'un accouchement à domicile représentait, selon eux. Je ne voulais pas non plus les inquiéter car je sais qu'ils auraient eu peur malgré tous les arguments que j'aurai pu avancer. Ils ont donc, pour la plupart, été mis au courant après la naissance de notre fille et cela a plutôt été bien accueilli mais parce que tout s'est bien passé !

Merci de m'avoir lue, j'espère que cela pourra être instructif pour vous ou susciter des questions, des envies, des choix, des doutes.

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires, à me poser vos questions ou à me raconter les choix que vous avez faits, comment ils ont été accueillis par votre entourage. Je vous posterais le récit de cet accouchement à domicile bientôt.

Bisous à tous et soyez heureux dans vos choix de vie !


NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre site
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
912d358c512a95dd1e069750b8ea16c0.png

 Slow Green Mama 2021